Catégories
Enceinte au Japon Expatriée au Japon Vie au Japon

Enceinte au Japon : récit du premier trimestre

Je comptais publier un peu plus d’articles ce mois-ci mais avec le déménagement (et oui ça y’est nous avons déménagé dans notre akiya à Ibaraki !) j’étais un peu sur tous les fronts. Je suis rentrée dans mon huitième mois de grossesse il y a peu donc je me suis dit allez allez écrivons façon pavé mon expérience en commençant par le premier trimestre !

Mes symptômes de grossesse
妊娠症状

Coup de mou et de fatigue

Comme je l’ai indiqué dans mon dernier article, je n’ai vraiment pas senti de symptôme le premier mois. En plus vu que je ne savais pas encore que j’étais enceinte je continuais à carburer au café pour tenir mes journées focalisées sur un programme de sport. Et puis, effet placebo ou que sais-je, une fois avoir appris ma grossesse, patatras, gros coup de fatigue, envie de dormir PERMANENTE. Je me suis aussi tapée une espèce de tachycardie le lendemain de la découverte, surement dûe au  choc de la nouvelle (д゚lll).

L’ennui c’est que comme j’étais H24 fatiguée, je n’arrivais pas à me motiver à faire le moindre sport. Sensation d’être un cachalot échoué quoi. Malheureusement ça ne s’est jamais vraiment amélioré et je me suis vraiment empâtée au fil de la grossesse (PAS SUIVRE MON EXEMPLE). 

fatiguee
https://giphy.com/gifs/disney-goodnight-fall-into-bed-QyDy07QyG5at5ksEiB

Restrictions reloues

J’ai dû du jour au lendemain revoir mon alimentation afin de savoir ce que l’on pouvait ou non consommer en étant enceinte. J’ai découvert qu’il ne fallait pas trop consommer de la viande rouge, oeufs, tout ça tout ça et du coup j’étais contente car étant végane, j’appliquais déjà un tel mode d’alimentation. Bref j’ai juste dû éliminer la caféine et l’alcool de mes habitudes… Le truc c’est que… Encore la caféine, bon allez ça passe, mais l’alcool c’est dur . Pas que je sois grosse consommatrice, mais quand tu manges avec des amis, ou même avec ton mari et qu’ils sont là avec leurs pintes de bières et que toi tu peux pas ben c’est FRUSTRANT XD. Parce que bon, quelques mois… OK… Mais là c’est pratiquement UN AN d’abstension. C‘est une inscription aux alcooliques anonymes forcée ^^« . Bien sûr, c’est pour le bien du bébé etc donc je relativise mais parfois je suis un peu en PLS quand je vois mon entourage glouglouter leurs asahi super dry x). 

enceintejapon
image : https://oyakonojikanlabo.jp/i-drank-the-booze-without-knowing-that-i-was-pregnantan-early-pregnancy-between-alcohol-and-fetus/

En tout cas j’ai prévenu mon mari : qu’une bière blanche belge soit bien au froid au frigo pour mon accouchement. Dans l’hypothèse où je sois apte à en profiter bien sûr ^^ ». 

Nausées pas cool

J’ai eu pas mal de nausées pendant les premiers mois. Pas des nausées atroces du genre que j’aille aux toilettes direct pour vomir, mais plutôt un GROS dégoût pour 70% de la nourriture. Et du coup c’est super compliqué de se nourrir correctement quand rien que l’odeur d’un aliment te répugne puissance mille. Dans mon cas, impossible de manger : le riz frit (et j’ai toujours du mal aujourd’hui), les trucs frits en général (tempura et cie), la soupe Miso (vraiment IMPOSSIBLE alors que j’en raffole habituellement), le daikon cuit. Par contre, je me suis pris d’une groooosse passion pour les fruits, légumes et plus particulièrement… Les sandwiches pains avocats/tomate/olives mayo. Rien que d’y penser j’ai l’estomac qui gargouille xD. Malgré les protestations de mon mari, ce sandwich a constitué la base de mon alimentation de femme enceinte. Ahhh vraiment chaque bouchées étaient le bonheur. En fait j’avais trop de mal à manger les aliments cuisinés (cuits quoi), alors que tout ce qui était FRAIS, c’était le paradis. Une fois le papa de mon mari a ramené un énooorme melon jaune, et bien je peux vous dire qu’il a pas tenu la journée tellement la fraicheur du truc me faisait jouir les papilles haha. 

Enfin bon résultat j’ai perdu près de cinq kilos, quelque chose d’assez commun apparemment à cause des nausées.

lesandwichgrossesse
LE SAINT GRAAL DE MA GROSSESSE

SOIF !!!!

Je n’ai jamais eu aussi soif de ma vie. Surtout quand je faisais un effort physique, c’était illico la sécheresse ! Je me souviens que le trajet en vélo de la maison au supermarché me rendait aussi sèche que le sahara et la première chose que je faisais était d’acheter une bouteille et de la boire aussitôt. C’était assez impressionnant, j’avais l’impression d’avoir marcher une semaine dans le désert quoi xD

Déclarer ma grossesse, l'administratif 母子手帳

badgematernite

Comme mon mari n’était pas du tout au fait des procédures administratives à faire quand on tombe enceinte, j’ai dû tout chercher moi même, mais heureusement j’ai pu vite trouver toutes les réponses à mes questions sur internet. J’ai dû donc dans un premier temps aller à la mairie pour déclarer ma grossesse. Il y avait un guichet spécial où une dame m’a posé plein de questions sur ma situation en générale (familiale, travail, cadre de vie etc) puis elle m’a donné tout un tas de pamphlets et autres paperasses sur la grossesse et les bébés. Après quoi, on a cherché ensemble une clinique où je puisse faire mes consultations proches de chez moi. Parce que oui, au Japon, c’est super important d’être « affiliée » à un hôpital/clinique. Il faut très rapidement prospecter les maternités/hôpitaux dans lequel tu veux accoucher pour ne pas se retrouver sur la touche le jour J (système de reservation). En outre la plupart de ces endroits n’acceptent les accouchements que si tu es déjà venue un certain nombre de fois, donc bref, c’est ultra de conseillé de se trouver un endroit à fréquenter jusqu’au terme de la grossesse. Dans mon cas comme j’avais le projet de déménager, la clinique m’a délivré au terme de ma résidence à Chiba une lettre de recommandation avec toutes mes infos à transmettre au prochain hôpital. Bref, le choix de la clinique/hôpital c’est HYPER IMPORTANT.

A la fin de l’entretien la dame m’a remis un « carnet de grossesse/du bébé » 母子手帳boshi techo en japonais. Dans ce livret sont regroupées toutes les informations concernant la grossesse et le bébé, donc il faut toujours l’avoir sur soi et est indispensable pour consulter. Il faut l’associer avec un espèce de carnet de coupons de réductions de consultations qui permettent l’exonération d’une certaine partie des frais de consultation (et croyez moi c’est pas du luxe vu le prix !!!). J’ai également reçu un badge de « femme enceinte » マタニティマーク, un badge qu’on met sur le sac pour que dans les transports les gens te cèdent la place (dans LES FAITS hein !). 

carnetdegrossessejapon
Mon carnet de grossesse avec le cover de ma clinique à Chiba (au milieu)

Le calendrier des consultations 妊娠検診

En France, je ne sais pas trop comment ça fonctionne, mais ici, on a un calendrier hyper précis des consultations. Au départ c’est une fois toutes les deux semaines, puis une fois tous les mois, enfin une fois toutes les deux semaines et une fois toutes les semaines voire plus à la fin de la grossesse. Le contenu de chacune de ces consultations se déroule sous le meme rituel : test d’urine, entretien avec une sage femme qui vérifie ta tension, ton poids, à qui tu peux poser des questions etc… puis passage à l’échographie avec l’obstétricien. On a donc une échographie à CHAQUE consultation (contrairement en France à ce que j’ai compris où il y’en a que trois c’est ça ?). On m’a aussi fait un test sanguin qui comprenait entre autre la toxoplasmose. En France apparemment c’est hyper suivi comme infection, mais ici, les médecins s’en foutent j’ai l’impresssion xD. Quand j’ai demandé si c’était ok malgré le fait que j’ai deux chats et un lapin (risque de transmission à travers les selles), mon obstétricien m’a direct rassuré en mode « non mais y’a pas de souci ma ptite dame » x).

J’ai eu de la chance car nous avons trouvé une clinique proche de notre appartement ce qui me permettait d’y aller en vélo rapidement. Comme c’était sans rendez-vous, avec consultation de grossesse uniquement les matins, je devais arriver aux aurores afin de passer assez rapidement (la première fois on s’est tapé trois heures d’attentes avec mon mari). 

Le calendrier des consultations

Malheureusement avec le COVID, la clinique interdisait que les papas soient présents pendant les consultations, ce qui m’a fortement affectée je dois vous l’avouer… Du coup lors des consultations je n’étais vraiment pas émue ou quoi que ce soit, je crois que je n’arrivais pas à réaliser. Heureusement, je vous le raconterai dans la suite de cette série d’article, mais une fois déménagé à Ibaraki j’ai eu la chance de découvrir le sexe de mon enfant en présence exceptionnelle de mon mari. Un bonheur qui ne m’a pas été volé ! O joie.

Voilà, j’ai fait le tour de ces premiers mois de grossesse, j’espère que ça vous a appris un peu plus sur le déroulement d’une grossesse au Japon^^. Je vous retrouve dans la suite de cette série très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *